Algérie

Le 1er décembre 1958, le régiment prend le nom de 6ème Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine.

Pendant la période algérienne, le régiment va participer à toutes les grandes opérations de maintien de l’ordre et perdra ainsi 8 officiers, 16 sous-officiers et 87 parachutistes. Le 6 juillet 1961 le régiment quitte l’ALGERIE et rejoint sa première garnison métropolitaine, VERDUN où il s’installe le 22 juillet 1961.

Les opérations de 10 juillet 1957 à 6 juillet 1961

Le 6ème R.P.C. fait mouvement sur l’ALGERIE les 8, 9 et 10 juillet 1957. Il s’installe à CHREA (6 km au Sud de BLIDA). Durant un mois le régiment se prépare par des sorties incessantes aux environs de sa nouvelle base.

Du 9 août au 13 septembre, il est engagé dans l’atlas blidéen et tout en nettoyant la région de TAKITOUM, il participe à la construction du point d’appui de la cote 1450. Durant cette période de nombreux engagements avec les rebelles sont enregistrés. Le Sous-lieutenant VIGNERON et 1 homme de troupe sont tués le 16. Les rebelles perdent 10 hommes et laissent entre les mains du 6 : 3 prisonniers, 5 armes de guerre et 1 S.C.R. 300.

Du 13 au 16 septembre, le régiment accroche fortement une bande rebelle dans la vallée du BOU-HANNEDES lors de l’opération « MERDJA ». Les 2ème et 4ème Compagnies se font particulièrement remarquer lors des combats. Le Caporal RONDOT trouve la mort durant l’accrochage et 3 soldats sont blessés. Les rebelles perdent 47 tués, 9 prisonniers, 3 F.M. et 30 armes de guerre.

Le 16 au soir, le régiment se regroupe à CHREA. Dans le cadre d’un déplacement ultérieur de tout le régiment dur BLIDA, les services administratifs font mouvement le 21 sur cette garnison.

Du 17 au 21 septembre un élément du P.C./OPS. Aux ordres du Capitaine MARCHADIER et l’escadron de reconnaissance sont dirigés sur FORT POLIGNAC (Est Sahara). Cet escadron restera détaché durant 6 mois au SAHARA participant activement aux opérations de police, protection des convois et installations pétrolières.

Le 16 octobre, les 1ère et 3ème compagnies font mouvement vers le poste de la cote 1450. Le 17, le P.C., les 2ème et 4ème compagnies ainsi que la C.A. rejoignent également ce poste.

Du 19 au 28 octobre, les bases arrières du régiment quittent CHREA pour s’installer dans BLIDA et aux environs. Il faudra 18 mois pour que le 6 puisse se regrouper dans les différents camps et casernes de la ville. De nombreux déménagements seront encore nécessaires.

Le 20 octobre, le régiment est mis à la disposition du secteur de BLIDA. Le 28, le P.C. s’installe à la Savonnerie THIAR et le Lieutenant-colonel ROMAIN DESFOSSES prend le commandement du quartier autonome de BLIDA. La 3ème compagnie est chargée du maintien de l’ordre dans cette ville.

Le 29, au cours de la fouille de la région d’EDDRABLIA, le soldat BOULANGER est tué, 2 rebelles sont tués, 2 armes récupérées.

Le 5 novembre, au cours d’une prise d’armes, le Général GILLES, commandant les T.A.P., remet son drapeau au régiment.

Le 13, opération de fouille au nord de DALMATIE, récupération de 33 armes. Le 27, un groupement aux ordres du Commandant GUERITTE, comprenant les 1ère et 4ème compagnies, est mis à la disposition du général commandant la Z.E.A. pour opérer dans le secteur de MICHELET. Dès le 28, ce groupement est au contact des rebelles à l’entrée de grottes fortement tenues par les H.L.L. Le tués, Sous-lieutenant MALASSENET et un soldat sont blessés Les rebelles perdent 7 tués, 3 prisonniers et 8 armes.

Le 18 décembre, le groupement du Chef de bataillon GUERITTE rejoint BLIDA.

Au cours d’opérations de fouille dans l’Atlas blidéen, la 4ème Compagnie restera bloquée par une tempête de neige durant les derniers jours de l’année au poste de YEMMA HALIMA.

Du 6 au 8 janvier 1958, participation du régiment à l’opération MARDJA II sans résultats. Du 10 au 12, opération DIABOLO OUEST dans le secteur de CHAMPLAIN. En raison des conditions atmosphériques, l’opération est démontée et le 6 rejoint sa base. Le 19, fouille de la région Sud de BOUFARIK dans le cadre de l’opération « SULPICE ».

Du 27 janvier au 3 février, participation à l’opération « DIABOLO OUEST II » dans la région de TOURCH EL OUZANA au cours de laquelle le régiment récupère : 1 tube de mortier, 1 L.R.A.C. et 9 armes de guerre. Le 8, dans la région de SOUFFLAT (DIABOLO II, DIABOLO III), le contact est pris avec les rebelles qui laissent sur le terrain : 10 tués, 4 prisonniers, 1 F.M. et 13 armes (deux blessés légers à la 4ème compagnie). Le 21, au cours de l’opération « BOULINIE » dans le quartier d’EL AFROUN, la section de tête de la 2ème compagnie est brutalement prise à partie par une katiba. Le combat se déroule à bout portant. La compagnie perd 7 tués et 2 blessés.

Dans le cadre du maintien de l’ordre dans ALGER, un groupement aux ordres du Commandant BALBIN et comprenant les 1ère, 3ème et 4ème compagnies fait mouvement le 25 février sur cette ville.

Le 20 octobre, le régiment est mis à la disposition du secteur de BLIDA. Le 28, le P.C. s’installe à la Savonnerie THIAR et le Lieutenant-colonel ROMAIN DES FOSSES prend le commandement du quartier autonome de BLIDA. La 3ème compagnie est chargée du maintien de l’ordre dans cette ville.

Le 29, au cours de la fouille de la région d’EDDRABLIA, le soldat BOULANGER est tué, 2 rebelles sont tués, 2 armes récupérées.

Le 5 novembre, au cours d’une prise d’armes, le Général GILLES, commandant les T.A.P., remet son drapeau au régiment.

Le 13, opération de fouille au nord de DALMATIE, récupération de 33 armes. Le 27, un groupement aux ordres du Commandant GUERITTE, comprenant les 1ère et 4ème compagnies, est mis à la disposition du général commandant la Z.E.A. pour opérer dans le secteur de MICHELET. Dès le 28, ce groupement est au contact des rebelles à l’entrée de grottes fortement tenues par les H.L.L. Le Sous-lieutenant MALASSENET et un soldat sont blessés. Les rebelles perdent 7 tués, 3 prisonniers et 8 armes.

Le 18 décembre, le groupement du Chef de bataillon GUERITTE rejoint BLIDA.

Au cours d’opération de fouille dans l’Atlas blidéen, la 4ème Compagnie restera bloquée par une tempête de neige durant les derniers jours de l’année au poste de YEMMA HALIMA.

Du 6 au 8 janvier 1958, participation du régiment à l’opération MARDJA II sans résultats. Du 10 au 12, opération DIABOLO OUEST dans le secteur de CHAMPLAIN. En raison des conditions atmosphériques, l’opération est démontée et le 6 rejoint sa base. Le 19, fouille de la région Sud de BOUFARIK dans le cadre de l’opération « SULPICE ».

Du 27 janvier au 3 février, participation à l’opération « DIABOLO OUEST II » dans la région de TOURCH EL OUZANA au cours de laquelle le régiment récupère : 1 tube de mortier, 1 L.R.A.C. et 9 armes de guerre. Le 8, dans la région de SOUFFLAT (DIABOLO II, DIABOLO III), le contact est pris avec les rebelles qui laissent sur le terrain : 10 tués, 4 prisonniers, 1 F.M. et 13 armes (deux blessés légers à la 4ème compagnie). Le 21, au cours de l’opération « BOULINIE » dans le quartier d’EL AFROUN, la section de tête de la 2ème compagnie est brutalement prise à partie par une katiba. Le combat se déroule à bout portant. La compagnie perd 7 tués et 2 blessés.

Dans le cadre du maintien de l’ordre dans ALGER, un groupement aux ordres du Commandant BALBIN et comprenant les 1ère, 3ème et 4ème compagnies fait mouvement le 25 février sur cette ville.

Le 23 mars, au cours d’un harcèlement de BLIDA, lors de l’occupation de la région de MIMICHE par la C.A., le Sous-lieutenant HEMO et 2 soldats sont blessés.

Le 1er avril, l’E.R. fait mouvement sur TOUGGOURT. Il rejoint BLIDA le 4. Le 10, le groupement du Commandant BALBIN est relevé dans ALGER par le 3ème R.P.C. Du 13 au 21 mai, participation du régiment au maintien de l’ordre dans ALGER.

Les 22 et 23, opération au Sud de la CHIFFA. Les 1ère et 3ème compagnies perdent 1 soldat et tuent 10 H.L.L., récupèrent 10 prisonniers et 7 armes.

Du 24 mai au 6 juin, opérations de fouille dans le secteur de BLIDA, sans résultats.

Du 16 juin au 16 juillet, le 6ème R.P.C. est mis à la disposition de la 10ème R.M. en vue de participer à plusieurs opérations en Z.E.A. et Z.O.C. Participant aux opérations « MODESTE », « TAKEBOUST », « EKFADOU », « MAILLOT », « TAMGOUT », le 6ème R.P.C. perdra : 1 officier (Lieutenant CROS le 29-6) et 11 hommes, ainsi que 4 blessés. Les H.L.L., au cours de violents combats laissent sur le terrain 70 tués, 53 blessés et prisonniers dont « 1 Capitaine », et 39 armes de guerre.

Dès son retour à BLIDA, le régiment pénètre de nouveau dans la zone montagneuse du secteur de BLIDA lors des opérations « VENDOME I, II et III » et « TITAN ».

Le 5 août, le régiment fait mouvement sur BERROUAGHIA et participe à l’opération TORCHNECHATA durant laquelle, au cours d’un violent combat avec le commando zonal, le régiment perdra 1 sous-officier, abattra 19 rebelles, fera 2 prisonniers et récupérera 1 F.M. et P.M.

Le mois se terminera par une série d’opérations dans l’Atlas blidéen : TAKITOUN – FLAVIEN – MOUZAIA, où les rebelles perdront 11 tués et des documents importants.

Du 2 au 9 septembre, engagé dans le secteur d’AUMALE, le régiment terminera l’opération S.A. 49 par l’encerclement et la destruction d’une katiba dans la région de STEHANE GALL. Toutes les compagnies accrochent durement les rebelles qui subiront des pertes sensibles : 32 tués, 13 prisonniers, 2 F.M., 29 armes de guerre. Le Chef de bataillon FERRANO est blessé lors des combats du 8, 4 soldats sont tués et 9 autres blessés durant cette même journée.

Le 11 septembre, au cours d’une prise d’armes présidée par les Généraux ALLARD, commandant le C.A. d’Alger, GILLES, commandant les T.A.P., DESIOURS, commandant le secteur de BLIDA, le Général MASSU passe le commandement du 6ème R.P.C. au Lieutenant-colonel DUCASSE, en remplacement du Lieutenant-colonel ROMAIN DESFOSSES affecté à l’E.M. de la 10ème D.P.

Le 16 septembre, le régiment parcourt en tous sens le massif de MOUZAIA, pour interdire toute intervention rebelle lors du référendum. Le 29, il se regroupe à BLIDA après avoir abattu 13 rebelles et récupéré 7 armes.

Du 1er au 10 octobre, dans le cadre de l’opération « BRUYERE3, le 6 est employé par le Général commandant la Z.O.A. Après avoir participé (2-10-58) au service d’ordre dans ORLEANSVILLE pour la visite du Chef du Gouvernement. Il fouille la région de TENES, Oued TARZOUT, BENITAMOUN, et les rebelles laissent sur le terrain 9 tués et 1 arme.

Dès son retour sur BLIDA, le régiment passe en Z.E.A. du 13 octobre au 12 novembre. Participant aux opérations « CHAMBERY », « BRUMAIRE I, II, III », il livre de nombreux combats en particulier le 19 octobre dans la région des BENI-OUAGAG où le Capitaine DRAZIANI est blessé. Au cours de ces accrochages, les pertes amies sont de 3 tués et 14 blessés. Les rebelles laissent entre nos mains : 48 tués, 21 prisonniers, 14 armes (dont 2 mitrailleuses de 12,7 mm) et 5 postes radio, l’équipement d’un bataillon et 20 tonnes de ravitaillement.

Dès le 17, le régiment participe à l’opération « COURONNE I » en fouillant le ZBARBAR, la région Nord de HOCHE, de BOUIRA, et les BENIKHALFOUN. Il tue 11 rebelles, capture 2 prisonniers et récupère 4 armes.

Le 1er décembre, le régiment prend le nom de 6ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine.

Aux ordres du Commandant BALBIN, le 6 est engagé du 17 au 23 décembre dans les secteurs de MICHELET et AKBOU, dans le cadre de l’opération « FRIMAIRE » au cours de laquelle les fellaghas perdent : 32 tués, 4 prisonniers et 10 armes. La Willaya III perd ainsi le tiers de ses effectifs.

Du 28 décembre 1958 au 20 janvier 1959, le 6ème R.P.I.Ma. opère dans la région des ALI-BOUNAB (Ouest de TIZI-OUZOU) :

- Opération « KJ 37 » : fin décembre 1958 – début janvier 1959.

- Opération « K 16 » : du 6 au 11 janvier, 330 H.L.L. hors de combat (dont 229 tués), 127 armes récupérées dont 4 F.M.

Le Capitaine GRAZIANI et le Lieutenant CHASSIN sont tués le 6 janvier, ainsi que l’Adjudant MAROT et 32 hommes.

- Opération « K 18 » : le 18 janvier, qui permet d’anéantir les restes de la bande accrochée le 6 janvier.

Du 25 au 28 mai, aux abords du Djebel TSAMEUR, au cours de furieux combats menés jusqu’au corps à corps, le régiment anéantit 200 rebelles. Parmi les morts ennemis, sont identifiés les corps de deux chefs de Willayas : SI HAQUES et AMIROUCHE. C’est donc au 6ème R.P.I.Ma. que revient le mérite de la mort du plus fameux chef militaire de la révolution algérienne, AMIROUCHE, depuis six ans âme de la résistance armée dans l’Est de l’Algérie.

Le 1er juin 1959, le Commandant BALBIN prend le commandement du régiment.

Du 8 au 9 juillet, il participe à l’opération « ETINCELLE » dans les Monts du HODNA. Le régiment est alors parachuté dans l’AKFADOU le 22 juillet : c’est le début de l’opération « JUMELLES ». Il y reste jusqu’au 12 novembre.

Après un séjour de 20 jours sur le barrage algéro-tunisien, il reprend sa place dans l’opération « JUMELLES » du 28 décembre 1959 au 5 avril 1960.

Au cours de toute l’année 1960, il participe à de nombreuses opérations :

- Nord Constantinois : avril 1960 (région HAMAM MOSKOUTINE), juin 1960 (EL MILIA – OUED SMENDOU), opération « BRIVE » (décembre 1960 – février 1961, dans la région d’EL MILIA – AIN KECHARA – TAHER).

- AURES : opération « FLORUS » (18 juin – 22 juillet), opération « ARIEGE » (5 octobre – 17 novembre).

- OUARSENIS : opération « CIGALE » (24 juillet – 11 septembre).

- MONTS du HODNA : 9 au 17 juin (région de CORNEILLE-AMPERE).

De février à mai 1961, il opère dans la région de DJIDJELLI. C’est à ce moment (10 au 12 mai) que la base du 6 est transférée de BLIDA à PHILIPPEVILLE (camp des SABLONS).

Après quelques opérations dans la région d’AIN KECHERA et OUMTOUB, et sa participation à la protection du barrage algéro-tunisien en juin 1961, le 6ème R.P.I.Ma cesse les opérations le 2 juillet.

Le 6 juillet 1961, le 6ème R.P.I.Ma embarque pour la FRANCE et est regroupé entièrement à VERDUN (quartier MIRIBEL) le 22 juillet.

Actualités

Les 70 ans du "6"

Le samedi 19 mai 2018, nous avons fêté les 70 ans de la création du 6ème R.P.I.Ma et malheureusement les 20 ans de sa dissolution et espérons que tel le phénix il va cette année renaître de ses cendres.

en savoir plus
Tempête sous un béret — au fait, de quelle couleur, le béret ?

À peine finies les célébrations de la Saint-Michel, j’apprends, par plusieurs canaux, que les adhérents de QOG vont être appelés à se prononcer sur des projets de partage, de chambre à part ou de divorce. Comment en est-on arrivé là ? Il est clair que quelque chose à « foiré » dans la gestion des institutions et des hommes, tant dans l’amicale que dans le régiment.

en savoir plus
Saint-Michel 2018

Résumé de la Saint-Michel 2018, texte écrit par Jacques BOISSAVY, accompagné de quelques photos.

en savoir plus