Lettre d'information N° 2

Bonjour à tous, chers anciens, chers camarades,

Comme je vous l’avais dit dans mon message de la Saint-Michel, je reviens vous livrer quelques réflexions. Oh rassurez-vous, ce n’est que du très banal, mais il me semble que quelques vérités doivent être dites et redites, comme pour enfoncer un clou, vous connaissez la formule… !

Vous êtes, je n’en doute pas, très au courant de l’actualité de notre défense qui se trouve dans un état quasi post critique alors que les menaces se font jour de toutes parts, à l’intérieur de notre territoire national comme à l’extérieur. J’ai lu récemment que Poutine, dans une interview à un média occidental, n’excluait pas la perspective d’une troisième guerre mondiale. Intox ou affirmation de sa conviction profonde? Et ne parlons pas de l’islamisme radical dont nous observons la progression stupéfiante au Moyen-Orient mais qui, très certainement, se prépare, en secret, à exploser chez nous demain.

Nous savons tous qu’en période de crise, le pouvoir politique a une marge de manœuvre si réduite que, partagé entre la tentation récurrente de chercher des économies au détriment des forces armées et la crainte de voir se développer des manifestations violentes à très haut risque, le choix est vite fait. Et, pour mieux s’assurer de la docilité des armées, on a verrouillé les postes clés de la Défense en les attribuant à des énarques dont le passé et les compétences militaires sont réduits à leur plus simple expression. Cela en dit long sur le maintien de notre capacité opérationnelle que les chefs militaires s’évertuent à entretenir au gré des coupes sombres faites par ces gestionnaires technocratiques. Cerise sur le gâteau, on nous parle même d’introduire des syndicats dans les armées. Renoncerait-on à l’une des plus ancestrales fonctions des chefs militaires touchant la défense et la protection de leurs personnels ? On peut se poser la question. Surtout quand les soldes ne sont plus versées à temps, que les armements et matériels lourds sont insuffisants, non renouvelés ou non opérationnels en forte proportion et ne fonctionnent que grâce aux trésors d’imagination et au travail acharné des personnels de soutien trop souvent déconsidérés, que l’instruction et l’entraînement ne peuvent plus, faute de moyens financiers et matériels, être menés dans des conditions acceptables, cela fait tout de même beaucoup. Mais le soldat ne dit rien, continue de remplir sa mission au péril de sa vie et, lorsqu’il la perd au service de son pays, on préfère le rapatrier discrètement et substituer à l’image de ce héro un jeune manifestant pris de boisson et tué dans une manifestation insensée contre un processus démocratique. Quelle dérision !
Le sacrifice pour la patrie aurait-il perdu tout son sens ?

Je ne développerai pas davantage ce tableau mais je vous conseille de regarder le site de l’ASAF, association de soutien à l’armée française, un site très bien fait, non polémique, qui dresse un état assez précis de la situation de nos forces pour alerter les pouvoirs publics et défendre nos armées.

Quant à nous, il n’est que temps de resserrer les rangs, abandonnons nos querelles de clocher et autres petites guerres internes, oublions nos divisions pour être vigilants ensemble, retrouvons notre esprit de camaraderie pour soutenir nos soldats, restons mobilisés pour défendre notre armée. Mais faisons-le chacun à notre niveau, sans prétention ni forfanterie, en fonction de ce que nous pouvons faire. Notre belle association nous permet de rester utiles et actifs, elle a besoin de nous tous. Et que chacun d’entre vous n’hésite pas à s’exprimer car, tous, vous êtes importants, dites-le vous bien.

Saint-Michel nous regarde et nous le rendra à la fin. Ne cessons pas de croire et oser.

A tous je souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année.

Et au nom de Dieu, vive la coloniale. Et par Saint-Michel, vive les paras !

Gal (CR) Paul Perrin

Actualités

Les 70 ans du "6"

Le samedi 19 mai 2018, nous avons fêté les 70 ans de la création du 6ème R.P.I.Ma et malheureusement les 20 ans de sa dissolution et espérons que tel le phénix il va cette année renaître de ses cendres.

en savoir plus
Tempête sous un béret — au fait, de quelle couleur, le béret ?

À peine finies les célébrations de la Saint-Michel, j’apprends, par plusieurs canaux, que les adhérents de QOG vont être appelés à se prononcer sur des projets de partage, de chambre à part ou de divorce. Comment en est-on arrivé là ? Il est clair que quelque chose à « foiré » dans la gestion des institutions et des hommes, tant dans l’amicale que dans le régiment.

en savoir plus
Saint-Michel 2018

Résumé de la Saint-Michel 2018, texte écrit par Jacques BOISSAVY, accompagné de quelques photos.

en savoir plus